Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2007

Nue et triste dans sa gaieté de petit porc

Il est vrai qu’on n’imagine pas Blanchot (mais pas davantage Sartre, Camus, Foucault, Derrida, Lacan) se laissant aller à écrire : «  J’imagine une jolie putain, élégante, nue et triste dans sa gaieté de petit porc. »

Philippe Sollers

Rien ne me réjouit davantage qu’une petite phrase de cette sorte.

Et ces quelques mots surtout, ces quelques mots : nue et triste dans sa gaiété de petit porc.

Je pourrais en avoir les larmes aux yeux.


 

Les commentaires sont fermés.