Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2008

L'HOMME AUX PIEDS NUS

Son visage, je le connais. Très émacié, très.

Il pourrait, cet homme, sortir tout droit d’un film de Wenders. Et si je n’avais pas été si fatigué je lui aurais demandé qui il était, cet homme aux pieds nus dans ce soir de novembre.

Il a un regard très doux. Des rides profondes, tout en longueur. Des traits qui tracent une ligne de vie compliquée.
Des ses yeux, noirs, intensément noirs, il cherche la place 44 je crois dans ce TGV Paris-Bordeaux. Mais il a l’allure de quelqu’un qui voyage sans billet. On se demande où est sa guitare et à quel rendez-vous de paumés il se rend. Alors, et comme il parle d’un ton un peu las, on ne lui répond pas. On n’y croit pas à cette place 44, pas du tout.
Et il n’insistera que deux ou trois fois. Il finira pas se lasser, par comprendre qu’on ne veut pas de lui à cet endroit que le SNC appelle « carré » et qui n’est que deux banquettes face-à-face, si rapprochées que les genoux se touchent, les pieds se marchent les uns sur les autres.
Justement, ses pieds à lui sont sans chaussures et sans chaussettes dans ce froid cinglant de novembre.
Et quand je le verrai, dans ce que la SNCF appelle la « plateforme », utiliser un téléphone portable de bonne facture je me demanderai encore un peu plus pourquoi ce petit homme voyage nus-pieds.
Mais je ne lui demanderai rien.
Je reste sur mon siège, je suis las, très las.
Il y a des moments où rien, où presque rien ne peut vous faire bouger.


 

 

 

deb-chapeau-blog.jpg

Commentaires

Je ne comprends pas trop la photo.
Les toilettes du TGV qui débordent?

Écrit par : Caféine | 30/11/2008

Les commentaires sont fermés.